Commentaire d’un lecteur :
« Vos propos sont bien évidements convaincants, mais où est la solution ?
Je suis un vieux militant RPR puis « LR » j’ai soutenu de toutes mes forces la candidature de Fillon. J’ai même présidé le bureau de vote de mon village pour les primaires « LR » à l’époque.
J’ai très mal vécu la défaite de mon parti, l’obstination de Fillon, l’opportunisme des républicains prêts à se vendre pour un « marocain » de ministre.
Je suis aujourd’hui comme de nombreux français un observateur malheureux qui face à la débâcle des partis finissent par dire « si macron n’était pas président, quel choix aurions-nous ? – Le FN, les insoumis ? »
Avez-vous ne serait-ce qu’un début de réponse ? »

Réponse :
Il s’agit d’un parfait résumé d’une forte majorité des avis de nos correspondants. C’est exactement le motif de notre réunion en association. Nous remercions d‘abord Mr Leclerc de s‘être exprimé en réponse à nos articles. Nous avons besoin de l’installation du débat entre nous tous. Pour que, ensemble, nous parvenions à tracer une voie commune pour peser dans l’avenir politique proche. Pour compenser l’effondrement de la crédibilité du message devenu inaudible.

Notre avis, après les mêmes déceptions et interrogations, est une réaction raisonnable à la situation :
une élection clairement majoritaire pour Wauquiez et, à Menton, une réunion complète des principaux leaders du groupe, qui ne pouvaient reproduire leurs dissensions, sous peine d’effondrement de L.R. Ils ont tous intérêt, maintenant, à reconquérir un nombre de suffrages capable de relancer leur crédibilité en commun.

Bien entendu, vous pouvez constater à la lecture de nos articles, que nous ne nous berçons pas d’illusions. Ce choix est le seul à avoir aujourd’hui, dans l’espoir que nous pourrons enregistrer de bonnes raisons d’y croire et de tout faire pour y contribuer. Mais l’histoire politique dans le monde, en Europe et chez nous est susceptible de provoquer bien des évènements majeurs, dont l’influence serait capable de provoquer de grandes adaptations.

Les oppositions autres que L.R. ne peuvent, maintenant, contrarier Macron. Mais le Président et son Premier Ministre commencent à enregistrer une pente négative ; attribuée aux désillusions de nos amis de droite qui avait été séduits par le marchand d’illusions, dont les tours de passe passe commencent à perdre leurs effets. Les programmes de Retailleau, Pécresse et Wauquiez doivent, maintenant, trouver un équilibre commun convaincant pour nous et pour les très nombreux déçus autour de nous.

Ce qui ne veut pas dire que les choses vont en rester là. Nous connaissons les théories soutenues par beaucoup de journalistes s‘appuyant sur les expériences en cours en Europe : l’émergence de nouvelles personnalités qui, en peut de temps, bouleversent l’échiquier politique, en faisant des « carreaux  » sur les professionnels confirmés. Pour ouvrir de nouveaux partis rapidement majoritaires, surtout à droite, recrutant à la pelle des nouveaux militants, y compris des jeunes.

Bien malin qui peut prédire la probable solution. Nous verrons bien et prendrons, si possible ensemble, les décisions qui correspondront au mieux avec les conclusions et les choix de nos débats. Car, pour nous, la nouveauté de cette histoire a été notre volonté de compenser les défections et les incompétences de politiques, révélées à cette occasion. Nous ne pourrons plus revenir en arrière. Vont forcément émerger des candidats correspondants à cet irrésistible tsunami. Certains confirmés des moins âgés vont montrer leurs capacités à intervenir dans le combat.

Nous ne souhaitons pas jouer aux révolutionnaires. Nos engagements demeurent et nous ferons tout ce que nous souhaitons, pour reprendre les places que nos anciennetés de militants nous confèrent. Mais en vieux grognards sans complexe qui s’exprimeront haut et fort aux bons moments ; parce que appuyés sur notre fidélité à vos propres engagements et avec les moyens modernes de communication rapide. Dès que nous estimerons que le nombre de visiteurs de notre site (ADIRE.fr) et les informations à notre disposition l’exigeront, nous provoquerons les premières réunions à votre rencontre.

A très bientôt.

Pour l’équipe de ADIRE, jp raynaud.