Quelle droite libérale ?

La politique du Président de la République laisse nos compatriotes dans la confusion voire l’incompréhension. La multiplication des idées, des projets et des lois, celles-ci souvent altérées par des amendements de dernière minute, ne laisse pas le sentiment d’une ligne de conduite claire et compréhensible par tous. Chacun n’en retient que ce qui l’intéresse. L’augmentation de la CSG en a été la preuve avec une chute significative de la popularité du Chef de l’Etat. Les points importants des attentes : la réduction du chômage, l’amélioration de la sécurité, la diminution des charges ne sont pas à l’ordre du jour et la relance de l’économie européenne créatrice d’emplois n’apparaît que comme un  effet d’annonce alors que le déficit budgétaire ne cesse de croître.

En revanche, l’accroissement des disparités économiques et la persistance des écarts de niveau de vie pèsent lourdement sur l’équilibre social. La propagande médiatique sur la solidarité nationale et le partage n’est qu’un leurre destiné à masquer une montée de l’égoïsme et de l’indifférence aux autres.

L’inquiétude que génère une société qui perd peu à peu ses repères traditionnels avec la dégradation des comportements et des mœurs, la multiplication des actes délictueux qui altèrent sensiblement la tranquillité publique, le laxisme judiciaire, suscite un sentiment global d’insécurité qui touche l’ensemble des français. L’existence de zones où les institutions de la République sont bafouées et où se constituent des foyers dans lesquels se développent le communautarisme, le rejet de l’intégration, la délinquance et la radicalisation islamique fait peur. Il en est de même de la complaisance de l’Etat envers l’essor de l’Islam en France. Le lien de ces dérives avec les actions terroristes que connaît notre pays est évident et nos compatriotes attendent des mesures fortes dans cette situation qui, pour certains, pourrait conduire à la guerre civile. Les tensions sociales actuelles, les grèves, témoignent de l’addition des incompréhensions et des mécontentements.

Dans cette situation les membres de notre groupe proposent d’abord de rappeler les valeurs fondamentales de notre société, son identité historique et ses grandes figures, sa culture, son attachement à la démocratie et à son mode de vie, ses grands principes de laïcité…de façon à constituer un socle d’idées patriotiques propres à rassembler nos compatriotes. Ensuite, bien qu’ils en observent la difficulté, ils suggèrent d’exprimer, dès à présent, les grandes lignes d’un projet politique libéral. Enfin, face aux propositions du gouvernement, dont certaines figuraient dans notre programme, ils prônent une modération des critiques faisant une large place à des propositions constructives exprimées avec force.

S’agissant de l’immigration, de l’Islam et de sa dérive terroriste, alors que 58% des français jugent que l’Etat ne met pas tout en œuvre contre cette menace, nos réunions militantes ont donné lieu à de vifs échanges sur les mesures à prendre  notamment en ce qui concerne la lutte contre l’immigration maritime en Méditerranée, le renforcement des contrôles aux frontières, la condamnation des passeurs, la suppression  de l’AME et son remplacement par l’ouverture de dispensaires, la restriction du regroupement familial, l’adoption de la loi du sang, l’expulsion des immigrés clandestins dont il faudra négocier le départ avec les états réticents, l’arrêt des subventions à toutes les associations apportant leur concours à l’immigration clandestine. S’agissant de l’Islam, nos militants proposent l’obligation d’imams français formés dans notre pays et une surveillance particulière du salafisme.

Dans la lutte contre le terrorisme ils souhaitent l’expulsion des fichés S étrangers, la déchéance de nationalité  pour les binationaux, la restauration des facilités de perquisition et la création de nouvelles prisons avec la réorganisation de la détention des djihadistes.

(Source : document interne groupe L.R.)