MONUMENTALE  TRICHERIE…. Et conséquences.

Jusqu’où peut aller un gouvernant pour contourner le mauvais résultat de ses prétentions, de son manque d’humanisme et de bon sens, dont la seule certitude est son complexe d‘infaillibilité solitaire, fixé par sa confiance dans des soutiens financiers internationaux; un chapelet d’erreurs.

Choisir l’écologie comme un moyen de compenser les faiblesses de son budget est bien la preuve de son incompétence et de celle de ses conseillers. Surtout en France où l’écologie est idéologique, voire romantique, en tout cas peu scientifique ou technologique et, de surcroît dans le pays au plus bas taux de pollution des pays industrialisés !

Ils ne pouvaient ignorer que les grandes évidences d‘information seraient diffusées ? Comme la comparaison entre la pollution totale des automobiles, minimale face à celle cumulée des poids-lourds, des paquebots, des porte-containers et des yachts, des avions et du matériel militaire, agricole et de travaux publics. Le tout exonéré de l’obligation d‘abandon des carburants fossiles. Les mesures imposées sont une catastrophe politique, ressentie par sa soudaineté, contre les fins de mois d’une forte majorité de la population et une source importante de contraintes pour l’industrie automobile. Aux résultats nuls sur la pollution totale.

La dépense pour l’Etat de ce coup d‘épée dans l’eau va être forte et ses suites ingérables sans dégâts. L’évolution vers la suppression de ces carburants est mal engagée; elle doit être plus progressive, expliquée, négociée et accompagnée par des avancées technologiques pour les gros pollueurs. Nous ne pouvons plus rester dépendants d‘Etats du Golfe, à la gestion d‘un autre âge et soutiens de vecteurs destructeurs de notre civilisation. Mais il est très difficile d‘imaginer E.Macron apte à comprendre ses bévues, comme à réparer son jouet cassé.

Il n’aura pas la modestie d‘aller jusqu’aux solutions à sa disposition pour refonder son gouvernement, en s‘entourant de politiques d‘expérience proches du peuple concerné. Ses collaborateurs payant la facture de ses illusions. C’est la règle. Ce Président a été élu facilement grâce à un concours de circonstances exceptionnelles, mais seulement par un pourcentage net de 20% . Il est maintenant confronté à une vague de tendances de droite diverses, qualifiées de nationalistes ou populistes, qui attendent de rafler la mise en bénéficiant de l’accumulation des erreurs : 80 km/heure, baisses diverses pour les retraités, en même temps qu’il offre des cadeaux aux plus fortunés.

Beaucoup de ces mesures auraient pu être conçues différemment, mais pas dans l’urgence. C’est cette maladresse de programmation, mal appréhendée par une assemblée nationale d‘amateurs seulement aux ordres, qui a créé un climat déplorable. Climat parfaitement desservi par des chiffres économiques en baisse, surtout par comparaison avec ceux de nos homologues européens et qui, en France, évoluent à l’inverse des promesses faites.

Ce bilan à risques, malgré la solidité des institutions de la 5eme république, impose à tous les citoyens un examen de conscience profond, pour l’obtention des changements indispensables, attendus depuis plusieurs décennies et aujourd’hui explosifs, surtout compte tenu de la proximité d‘élections importantes. Pour conserver à nos enfants une France telle que nous l’ont donnée nos familles, après bien des épreuves majeures. Le risque de dissolution de notre histoire sous prétexte de religion, dont ce Président refuse la prise en compte réelle, venant renforcer l’inquiétude face à ce bilan.

Nous devons d’urgence prendre conscience du degré de gravité de la situation, sous peine d‘entendre les Gilets Jaunes chanter bientôt « Aux armes citoyens » à la place de la « Marseillaise » !