LES ELECTIONS MUNICIPALES

Quelles sont cette fois les caractéristiques de cette élection ?

Il est clair que tous les électeurs se rejoignent en majorité sur les constats suivant :

  • perte de crédibilité des leaders politiques,
  • désaffection du militantisme et absence de foi dans les convictions idéologiques,
  • fragmentation de l’électorat entre un grand nombre de groupes de mécontents,
  • absence totale de leader reconnu au plan national, pour une adhésion à une étiquette.

Il s’agit donc bien d’élections locales où s’affirme un maillage de circonstances, par association de quelques engagés partisans, de personnalités sans conviction affichée mais reconnues comme compétentes. Les cocktails d’étiquettes sont variés, pas uniquement classés à droite ou à gauche. Mais, évidemment, c’est surtout sur les sortants en majorité d’origine d’abord LR, puis PS que vont s’agréger les choix des électeurs, LaREM essayant de combler, maladroitement, un retard qui apparaît irrattrapable.

Le Rassemblement National est le seul qui a un chemin particulier.
Il fait la promotion d’une union des droites, principe théoriquement prohibé par toutes les droites pour des élections nationales, sans qu’elle soit sérieusement envisageable par un accord LR+RN. La seule alliance possible lors des prochaines élections présidentielles avec RN est avec LFI, consensus des extrêmes qui précède le chaos historique.
Au plan local il y a beaucoup de cas différents, tenant compte de la crédibilité des alliés. Autour de nous le soutien du maire de Béziers est recherché pour sa réussite avec le résultat de la récente enquête d’opinion qui lui assurerait sa réélection dès le premier tour. La réunion de plusieurs tendances semble hautement envisageable suite au délitement des convictions et la perte de confiance envers un gouvernement dépassé. Nous verrons si cette formule d’association permet de rebondir et d’ouvrir des perpectives nouvelles lors des élections suivantes.

C’est la redécouverte des liens entre voisins d’une même communauté, que seuls quelques maires savent entretenir. Il est donc probable que le choix sera difficile s’il oppose un maire au travail reconnu à une équipe nouvelle et crédible. Comme toujours, c’est le bilan d’un côté et le talent d’argumentation de l’autre qui feront la différence. Mais le mariage de circonstance entre ambitieux sans expérience qui n’ont que leur prétention, tamponné par un leader RN, ne peut pas, dans les circonstances actuelles, espérer convaincre des citoyens déçus et prudents.

Qu’attendons nous des résultats ?

Une possible relance de la Droite Républicaine (LR UDI) avec l’impact de la compétence des maires de droite, qui coordonnent l’engagement de citoyens sans étiquette et récupèrent des militants d’autres partis, comme LaREM ou le MODEM.

La quasi disparition du PS doit finir de priver d’étiquette quelques entêtés; seuls les maires aux bilans solides peuvent espérer poursuivre leur tâche.

L’importance de ces élections est grande par leur influence sur l’évolution politique nationale. L’orientation semble confirmer un choix en faveur d’une droite compétente, responsable, déterminée et républicaine.