Le combat de la droite libérale

Comme chaque mois nous faisons écho à la synthèse que publie l’association de nos amis de St Raphaël. Une fois de plus nous partageons totalement leur analyse. Le moment venu nous confronterons aussi nos choix de programme, dans le but d‘en arrêter les grandes lignes communes, pour une action claire réunissant une forte majorité capable de répondre aux souhaits de nos électeurs.

Groupe de réflexion de la section de Saint-Raphaël .
17, rue du Peyron, 83700 Saint-Raphaël,   le 11 septembre 2018

Attentifs à la situation économique et sociale, les membres de notre groupe dénoncent la politique aléatoire et aventureuse du Président de la République. Ils observent que la situation de la France s’est aggravée. En Europe, notre pays est de plus en plus isolé. La fronde anti-migratoire à laquelle le Président de la République s’oppose brutalement a pris une dimension qui menace l’unité de l’Union.

Dans le domaine du commerce extérieur, seule l’Allemagne, forte de son économie florissante, apparaît en mesure de résister aux exigences des Etats-Unis. D’ores et déjà, elle se positionne pour briguer la présidence de la Commission Européenne. En Afrique, malgré l’intervention militaire qui a empêché l’islamisation salafiste du Sahel francophone, notre pays voit ses intérêts économiques s’amenuiser. Les conclusions du 7ème forum sur la coopération sino-africaine qui a réuni, à Pékin, 53 pays africains en témoignent.

Au Moyen-Orient, notre pays n’a pratiquement plus aucune influence malgré la présence de sa base aérienne aux Emirats et sa contribution aux forces de l’ONU au Liban. La position agressive du Président de la République envers Bachar-al-Assad, alors que la paix revient en Syrie, témoigne d’un déni de la réalité locale. Dans notre pays, les membres du groupe relèvent, sans besoin de commentaire, les difficultés de la Présidence de la République et une paupérisation croissante qui touche notamment les retraités.

Dans ce climat morose, ils observent que la dégradation de la sécurité publique, avec plus d’un millier d’agressions chaque jour en France (le Figaro du 27/08/2018), auxquelles il faut ajouter un nombre incalculable de violences gratuites et d’incivilités, mine la paix sociale et génère la naissance d’un sentiment diffus d’insécurité qui altère la qualité de la vie. Les membres de notre groupe ne peuvent s’empêcher, comme beaucoup de nos compatriotes, de faire un rapprochement entre insécurité, immigration et progression de l’islam.

Ils observent en outre que les médias, notamment télévisés, ainsi que de nombreuses enseignes commerciales font une large place, quasi subliminale, à une autre image d’une société en perte de ses valeurs morales et religieuses.  Notre pays, par sa tradition culturelle de terre d’asile mais aussi par l’existence, en Afrique notamment, de vastes territoires francophones est particulièrement attractif. La loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie », votée le 1° août, ne répond pas à la réalité de la situation.

Les membres de notre groupe, mais aussi beaucoup de militants, attendent des propositions fortes dans ce domaine. Ce devrait être l’un des grands sujets des prochains défis électoraux et notamment des élections européennes.