LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE

Edito proposé pour ADIRE par Jean Paul BESSE à partir de chroniques et interviews diverses 09/06/19

   Les partis politiques d’opposition éprouvent de grandes difficultés politiques, que ce soit sur le plan des personnes ou du contexte actuel à s’imposer en raison de positions individualités ou de fractions comme du contexte très volatil d’aujourd’hui.
   Mais mes propos ne se borneront qu’aux Républicains qui hypothèquent ainsi leur retour au premier plan et mettent même, leur existence en péril. Ses alliés historiques sont également confrontés à des difficultés identiques.
   Le constat ci-après exprimé a pour vocation de poser les problèmes actuels afin de mieux les comprendre et peut-être apporter les premières pierres à un édifice nouveau.
   Une refondation est donc nécessaire et nous devons en être les acteurs. 

I Les difficultés des Républicains :

La première difficulté des Républicains est idéologique.
   Les Républicains ont du mal à savoir ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent. Ils ont bien conscience des préoccupations de l’opinion publique, notamment autour de l’immigration, thème pour lequel ils ne veulent pas être assimilés au populisme qui monte en Europe et au Rassemblement National qui s’est arrogé, pour marque essentielle, les problèmes migratoires en général et l’islam en particulier et remplit également, avec un certain succès, la fonction tribunitienne autrefois tenue par le P.C.F.

   La preuve de ce déchirement en a été donnée par l’abstention d’une partie des députés LR lors du vote du Parlement européen sur les sanctions envers la Hongrie. C’est la même chose vis-à-vis du gouvernement italien et de la politique de son ministre de l’Intérieur Salvini.
LR est partagé entre la prise en compte des inquiétudes populaires et un souci de respectabilité européenne.
   En matière économique et sociale les choses ne sont pas plus simples.
LR est par nature et par l’histoire un parti plutôt libéral. Or, le thème du libéralisme a été préempté par E. Macron et En Marche, même si leur politique véritable n’a rien de libéral au regard notamment de la hausse continue des prélèvements obligatoires.
LR ne peut donc même pas s’appuyer sur cette question pour marquer sa différence incapable de marquer la distinction entre libéralisme politique et libertarisme macronien.

La seconde difficulté tient aux questions de personnes.
   Les querelles de chef (Wauquiez, Bertrand, Pécresse…etc) pour la conquête du Graal élyséen, donnent une image détestable du parti qui le renvoie à ses heures les plus sombres.
Nul chez LR, et plus généralement dans la politique française, n’est aujourd’hui en mesure de proposer aux Français un projet de société crédible et acceptable pour une majorité d’ente eux.
Ce sont bien là exposées les 2 principales difficultés rencontrées par les Républicains.

II La recherche d’un nouveau discours – un grand dessein pour un grand peuple.
   L’enjeu n’est-il pas aujourd’hui de dépassionner les discours de la droite ?
L’opinion publique est complexe. Elle attend des responsables politiques un discours de fermeté sur les sujets de société. Mais en parallèle, elle est en quête de sérieux, d’ouverture, de sobriété, de consensus. Elle veut de la clarté dans les choix politiques mais aussi, tout autant, de la rondeur et de l’apaisement. La population dans son ensemble n’a absolument pas les mêmes attentes que les militants d’un parti. Un homme politique, pour s’imposer, doit réussir à incarner cette complexité et même ces contradictions de l’opinion.

   Le volontarisme dans le traitement des questions de l’époque doit s’accompagner d’un appel à l’unité et au dépassement des clivages, les deux choses n’étant pas incompatibles. Nicolas Sarkozy, lors de sa campagne électorale de 2007, avait réussi à opérer cette osmose.
L’enjeu est bien de dépassionner le discours de droite, mais surtout, de réapprendre à considérer les électeurs comme des citoyens qu’il faut respecter et prendre au sérieux.
Nous constatons, jour après jour au glissement de la vie politique dans un tourbillon de coups de communication, de polémiques stériles et volontaires, et de coups de menton.
LR doit proposer une rupture profonde avec cette conception de la politique qui ne repose plus que sur le grand spectacle narcissique et une duplicité permanente des élites qui se sont invitées au grand festin qui risque fort de s’achever par une funeste curée de charognards patentés.

   En économie comme sur des questions sociétales telle que l’immigration, le ton employé pour défendre cette nouvelle donne chez les LR est souvent celui de la colère alors qu’incarner la confiance du pays est nécessaire.
Il est impératif de lever les barrières qui empêchent aujourd’hui Les Républicains à s’accomplir.
Offrir du rêve, du cinéma et de l’émotion aux Français? Les Français n’en peuvent plus de l’esbroufe et de la comédie. Il faut au contraire cesser de prendre les Français pour des idiots et se remettre à leur parler des sujets de fond, l’école, la dette publique, l’insécurité, le danger communautariste, la maîtrise des frontières…etc…

   Ainsi, puisque le mot « libéralisme » a été obéré par le parti au pouvoir, il faut aller dans le concret et préparer des baisses d’impôts et de charges en faveur des entreprises et des particuliers. Sur le plan international et européen, il faut proposer aux Français de sortir de la grande comédie de la lutte du « bien progressiste » post-national contre le mal « populiste » et renouer avec les fondements de la diplomatie française qui n’a pas vocation à mépriser les choix démocratiques des autres.
La France n’a pas vocation à s’isoler en toisant la terre entière, les Etats-Unis de Trump, la Russie de Poutine, l’Italie de Salvini, la Hongrie d’Orban, l’Angleterre du Brexit, etc.. .

III Conclusions
   Bien sûr Les Républicains connaissent une crise grave, leur existence est même en péril à la grande satisfaction de ses détracteurs, mais c’est tout le paysage politique français qui est en pleine décomposition.
E Macron habilement a réduit en miettes la droite et la gauche, sans oublier les corps intermédiaires.
Ses manœuvres lui permettent, pour l’instant, d’emprunter une voie royale pour son ambition mais jusqu’à quand ?

   Les Français ne veulent plus être pris pour des idiots indéfiniment manipulables. Ils ne supportent plus le grand spectacle idolâtre, narcissique et mégalomane que leur donne aujourd’hui la vie publique. Ils veulent que les politiques mettent en place les projets pour satisfaire les demandes formulées lors des débats d’idées jusqu’alors tenus à grands renforts de tambours et trompettes.
E Macron et La Rem ont pris un avantage considérable sur tous les autres avec habilité, duplicité souvent mais surtout eu égard aux médiocrités des oppositions actuelles et semblent répondre aux attentes des Français.