Résumé des prévisions de l’ONU :

  • Evolution de 1,1% par an de la population mondiale pour un total de 11Mds en 2050.
  • Le taux des migrations entre continents est contenu à un faible niveau régulier, sauf cataclysme climatique ou de guerre.
  • L’Europe de l’Est est dans une perte régulière de 15% de population, la France et la Grande Bretagne sur une pente d‘augmentation, plus forte en tenant compte des migrations, comme l’Irlande et la Norvège.
  • Les autres pays d‘Europe voient leur volume de population baisser ou stagner avec l’apport d‘immigration.
  • L’Afrique est le continent dont la population va progresser d’un taux explosif, jusqu’à la fin du siècle. Passant de 17% à 40% de la population mondiale, à égalité avec la Chine.
  • Tous les continents sont en petite augmentation régulière, l’Afrique en très positif et l’Europe en négatif.
  • Les investissements étrangers en Afrique ne sont pas la solution miracle pour son développement.
  • La planète est capable de nourrir ses habitants jusqu’à 12 Mds à la fin du siècle.
  • L’influence de l’augmentation des populations sur le climat est à prendre en compte, parmi d‘autres causes plus directes.
  • En 2050 la proportion des seniors par rapport aux moins de vingt ans sera en leur faveur.

 Commentaires politiques :

Les statistiques prennent en compte une évolution basée sur les conditions actuelles, qui  intègrent les migrations dues à des conflits locaux où a des situations économiques très différentes entre pays proches. Ramenées à une moyenne mondiale il en ressort un faible taux constant.

Bien évidemment ces statistiques seraient dépassées en cas de conflit entre pays de puissance nucléaire ou de bouleversement climatique majeur.

La constante tendance de tous les pays de l’Est à une baisse de leur population se double aujourd’hui du refus d’une immigration musulmane. La tendance progressive d’autres pays européens au fort ralentissement de cette immigration semble se concrétiser : Au Royaume Uni, en Italie, en Espagne, en Allemagne et dans quelques pays nordiques.

Le gouvernement français ne suit pas cette orientation pour le moment, avec des conséquences en progression. L’histoire politique proche devrait donc enregistrer de fortes oppositions, à l’image du profond ras le bol d’une majorité de citoyens, toutes tendances confondues. Le volume atteint favorisant la non intégration, la difficulté des contrôles de sécurité, de l’expulsion judiciaire et le refus d’éducation. Dans l’indifférence des tenants du « multiculturalisme » dont le Président Macron,  qui motive l’opposition des tendances « populistes ». (Comme Napoléon qui n’avait aucune envie que la « Grande Nation » redevienne cet « agrégat disparate de peuples désunis » que dénonçait Mirabeau à la veille de la Révolution -Eric Zemmour-).

Les migrations au départ des pays d’Afrique sont importantes, entre eux.  Sauf pour le pays du Maghreb  vers l’Europe et en particulier la France pour des raisons de proximité, de relations anciennes, mais surtout pour l’importance de l’assistance exceptionnelle, unique au monde, dont  bénéficient les arrivants. D’autant plus que le risque est grand d’être submergés, en cas de conflits importants dans ces pays, par une très forte immigration d‘assistance.

Les difficultés de tous ordres qui contraignent l’Afrique sont bien dues, en partie, à la décolonisation et, surtout aux transitions de régimes et d’autorités qui ont suivi. Son histoire vers la démocratie est jeune, comme sa population. Mais l’explosion de ses capacités doit permettre un décollage important, qui apparaît dans certains pays. D‘abord en multipliant par 4 sa population d‘ici à la fin du siècle. Ensuite en progressant dans la formation d‘élites et dans le choix de leaders en son sein.

Origine : Editorial Yves Thréard, Figaro du 9/8/18: sur l’Afrique.

« la démocratie peine à s’installer… souvent le pouvoir y est confisqué et les vieux démons de la politique y perdurent…riche de 54 pays et de plus de 1000 ethnies…. il n’y a pas de fatalité à l’oppression, aux rivalités tribales, à la corruption généralisée, à l’intégrisme islamique… une classe moyenne émerge…. la crise migratoire lui attire des regards inquiets… sans l’aide de l’Europe elle ne pourra pas la résoudre ».

Leurs énormes possibilités de productions, en particulier agricoles, si elles sont organisées, confirment la capacité de notre planète d‘assurer ses besoins. Notre aide peut largement s‘exprimer, non pas par des investissements avec intérêts mais par la formation, les échanges commerciaux et la collaboration sur les précautions vis à vis de l’environnement.

La baisse du nombre d’enfants en moyenne et les progrès de la médecine gériatrique, nous conduisent vers un monde occidental et asiatique en partie, majoritairement peuplé de vieux. Les évolutions du monde au-delà de la fin du siècle sont plus ouvertes qu’elles ne l’ont jamais été. Les rêves sans limite à propos de l’intelligence artificielle et des inventions qu’elle permet, proposent autant de bonheur ineffable que de conséquences malheureuses sur une grande partie de l’humanité. Ce qui apparait déjà dans les critiques aux orientations des puissances, soutiens de Macron, soupçonnées de privilégier la forte évolution de ce monde financier et technocratique, au détriment de ce qu’ils considèrent comme un reliquat d’un monde ancien, seulement considéré comme les consommateurs obligés des services et des produits de leur génie. Le tout au mépris des ethnies, langues, frontières et religions.