L’EUROPE – SON AVENIR

Généralités :

L’Europe au sens géographique est un continent. C’est un ensemble de pays qui s’efforcent de s’ajuster les uns aux autres depuis des siècles, souvent en s’opposant durement mais aussi en collaborant.

L’Union européenne est un ensemble institutionnel et juridique né de l’idée qu’on allait ainsi se débarrasser des frottements et des oppositions entre les différents états qui en font partie.

L’Union européenne, ce sont avant tout des règles de rang supranational,  qui, par définition, encadrent l’action des États-membres.

Difficultés :

Cette union existe si les règles édictées sont respectées. Or ce n’est pas le cas.

C’est en définitive les raisons pour lesquelles l’Union Européenne actuelle rencontre les difficultés que nous constatons très souvent.

Devons nous pour autant affirmer que le projet européen d’unir le continent sous les auspices du marché, de la monnaie et de la jurisprudence de la Cour de Luxembourg, a échoué ou tout au moins ne peut pas, dans la durée, réussir ?

Les difficultés, naguère, rencontrées par la Grèce, le critère de 3 % de déficit public imposé arbitrairement par l’Union pour les pays membres de la zone euro, le dumping fiscal agressif pratiqué depuis longue date par l’Irlande et le Luxembourg, les problèmes rencontrés par l’Allemagne eu égard à son problème démographique,  les pays d’Europe du Sud victimes de la crise et d’une désindustrialisation accélérée, les pays d’Europe centrale et du sud qui doivent faire face à l’afflux de centaines de milliers de migrants , le Brexit … etc… par toutes ces circonstances et non par «europhobie» ou par goût du «repli national» obligent certains pays membres à transgresser ces règles ou à les contourner.

La force des monnaies ne se résume heureusement pas à la confiance qu’elles inspirent! Si l’euro existe c’est parce que, juridiquement, c’est la seule monnaie qui a cours légal dans un ensemble économique qui représente plus de 300 millions d’habitants. La monnaie, c’est la conjugaison d’un système juridique qui impose son usage et d’un marché qui, par sa taille, lui donne une certaine profondeur en lui permettant d’être facilement utilisée comme paiement. Néanmoins, contrairement à ce qui avait été annoncé lors du traité de Maastricht, l’euro ne s’est pas imposé comme une alternative sérieuse au dollar.

La monnaie unique Euro ne pouvant pas  s’appuyer sur une autorité politique unifiée, contrairement au dollar, n’est donc pas une monnaie qui inspire spécialement confiance à ceux qui ne sont pas contraints de l’utiliser.

Pourtant la disparition de l’Union Européenne n’implique pas forcément la disparition de la monnaie.

L’avenir de l’Europe :

La tentative de construire une démocratie européenne qui transcenderait les nations s’avère être, en l’état, un échec.

La manière dont les hommes politiques s’acharnent à nier les contraintes européennes nous inquiète, que ce soit à gauche ou à droite (exception faite pour le FN).

L’identité des pays

Le problème de l’identité, est une question quasi insoluble. L’identité d’un pays, c’est la résultante de ce qu’il a réalisé, c’est le produit de son histoire. Or, l’histoire ne cesse jamais de se faire, elle s’écrit à chaque instant.

Mais un peuple ne peut écrire sa propre histoire que s’il dispose de lui-même, autrement dit s’il est souverain. S’il ne l’est pas et faute d’avoir mieux à faire, il s’interrogera sur ce qu’il est, avec cette tentation de lister des caractéristiques supposées figées pour l’éternité, et d’exclure rapidement tous ceux qui s’écartent de l’idéal-type.

Il n’est pas souhaitable que les nations membres soient muselées qu’elles deviennent des entités folkloriques avec des us, des coutumes et rien de plus.

Une nouvelle Europe

L’union actuelle ne marche pas. Son extension permanente à de nouveaux pays aggrave ses dysfonctionnements.

Compte tenu des tendances mondialistes auxquelles nous sommes soumis et auxquelles nous ne pouvons pas totalement nous soustraire il convient de réfléchir à une nouvelle Europe.

C’est le sujet majeur qui doit, dès maintenant, nous préoccuper.

En tant qu’opposition cette réflexion est essentielle car demain l’Europe sera la pierre d’achoppement pour tous les partis et notamment ceux de la Droite Républicaine. Ce sera surtout la pièce essentielle pour notre avenir.

L’Europe sera-t-elle une Europe Fédérale, une Europe des Nations … ?

Demain il ne faudra pas prendre le train en marche. Il conviendra d’être dans la locomotive pour conduire le convoi.

Emmanuel Macron doit construire son implantation en France. Il fera en sorte de gagner des mairies. Si nous ne faisons rien, certaines lui sont déjà promises : Paris, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Marseille, Montpellier, Toulouse …etc… N’oublions pas que cette échéance est proche 2020.

Mais avant cette date ne laissons pas Emmanuel Macron gagner les élections 2019 car il s’y emploie déjà.

Plus qu’un an avant cette échéance.

C’est déjà demain alors ne perdons plus de temps pour agir.